License

Recherche de votre sujet par mots clés (ex: pédagogie active) OU Consulter les libellés au bas de la page, à gauche OU Consulter les 10 articles les plus populaires des 30 derniers jours, au bas de la page.

Rechercher les articles dans ce BLOGUE par mots-clés

Le texte du mois de JUILLET sélectionné par les lecteurs :

Sélection du message

Venez vous joindre à nous sur FaceBook

mardi 18 octobre 2016

La dyade compétence-connaissance

Compétence et connaissance : deux mots lourds de sens mais qui sont souvent mal utilisés hors contexte. Connaître quelque chose ne signifie pas être compétent en la matière, et apprendre n’est certainement pas accumuler des connaissances. Nous accumulons plein de choses dans nos espaces de rangement qui ne servent jamais à rien. Je connais très bien les principes de fonctionnement d’un moteur de voiture, mais je ne sais pas réparer celle-ci ni diagnostiquer un problème. De plus, si l’on n’utilise pas les connaissances que nous assimilons, nous les oublions. Il fut un temps, au moment de mes études en actuariat, où je pouvais appliquer facilement les formules de « life contengencies » dans différents contextes. Mais maintenant, je ne sais plus ; je n’ai jamais pratiqué ce métier. Désirons-nous que nos étudiants aient la tête bien pleine ou la tête bien faite ? Si nous utilisons un format de cours traditionnel magistral ... nous transmettons des connaissances.

Voilà une nuance qui explique très bien la différence entre les deux mots de notre dyade. L’apprentissage ne doit pas être uniquement une mise en relation avec des connaissances, mais plutôt un savoir-faire. Un savoir-faire transformé et maîtrisé qui n’est pas non plus une suite de réactions stéréotypées du type stimulus-réponse, comme les chiens de Pavlov. Un « savoir-faire » bien maîtrisé permettra à l’étudiant d’improviser des comportements, des réactions et des actions dans des situations diversifiées, variées et inédites qu’il n’a peut-être jamais rencontrées. En résumé, pour acquérir une compétence, il faut être en contact avec des connaissances, maîtriser parfaitement ces connaissances et développer un « savoir-faire ». Mais l’expression le dit bien… pour savoir faire, il faut d’abord faire, et faire implique nécessairement un engagement dédié à la tâche dans une pédagogie ACTIVE.

Yves R. Morin

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire